Parentalité

Faire le deuil de la dernière tétée magique

Deuil de l'allaitement

Je dois faire un deuil. Celui de la dernière tétée magique, belle et douce…

Je m’explique.

Je suis proallaitement. Depuis le début, avec Juliette, je vis une histoire d’amour incroyable. C’était difficile au début, comme pour plusieurs, mais l’allaitement est vite devenu naturel et agréable. Un moment juste à nous deux, pour se regarder dans les yeux et se coller tendrement. Pour prendre notre temps, pour développer notre relation. J’ai toujours aimé la regarder boire goulûment et apprécier le réconfort de la tétée.

Jusqu’à maintenant. Allaiter est devenu… un enfer.

J’espérais que ça ne m’arrive pas à moi. Qu’on puisse continuer cette relation jusqu’à ce qu’elle décide que c’était fini. Mais je dois me rendre à l’évidence : la grossesse a mis un frein à cette belle aventure. Je dois faire un deuil.

J’ai souvent lu des histoires magnifiques à propos de la dernière tétée. Ce moment où, tendrement, l’enfant boit ses dernières gouttes d’or blanc et dit à sa maman que c’est assez, les yeux pleins d’amour. Je pensais que ça se passait toujours comme ça et je rêvais de vivre ce moment magique avec ma fille. Je ne le vivrai probablement pas.

Depuis que je suis enceinte, c’est de plus en plus difficile d’allaiter Juliette. Elle tète difficilement, le lait se fait rare. Mais depuis quelques semaines, c’est rendu presque impossible. La sensation me dérange terriblement, me rend presque agressive. J’endure. J’endure quelques secondes. Quelques secondes de plus. Mais je n’en peux plus… J’ai mal et je dois faire le deuil.

Je ne sais pas encore si le sevrage est inévitable, mais je le sens tout près. Je m’y prépare et je me réconforte dans l’idée qu’on aura eu 2 ans d’allaitement. J’ai donné tout ce que je pouvais, j’ai persévéré dans les moments difficiles et j’ai offert à ma fille le meilleur de moi-même.

Je vais y arriver, je ferai le deuil de la dernière tétée magique.

Et quand j’y repenserai, je penserai à toutes les tétées magiques qu’on a eues… pas seulement à la dernière.

Aimez Maman inspirée sur Facebook

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laissez une réponse